La conquête, le colonialisme, le capitalisme sont toutes des formes collectives d’interaction entre un groupe de personnes et un autre. De telles formes d’interaction de groupe deviennent disponibles en raison de l’organisation et des actions collectives de nombreuses personnes différentes ayant des intérêts différents, quand elles commencent à agir pour un objectif commun (famille, tribu, classe, etc.)
Un langage commun n’est pas suffisant pour le succès de ces formes collectives d’activité; de telles formes de domination de certaines personnes sur d’autres se heurtent à une contre-réaction naturelle. Une philosophie ou une idéologie sociale commune est nécessaire pour justifier les avantages de certains groupes par rapport à d’autres. Dans la plupart des pays civilisés du monde, la philosophie sociale du darwinisme a déjà été inculquée depuis plusieurs générations, en reprenant le standard de la Prusse comme standard éducatif. Diverses théories nationales du darwinisme social se résument au fait qu’elles proclament la lutte pour l’existence, la sélection naturelle (survie des plus aptes) et la concurrence comme les facteurs les plus importants de l’évolution.
Les postulats du darwinisme social sont bien ancrés dans les sciences sociales. Mais le darwinisme lui-même était initialement mal ancré dans les sciences naturelles et même rejeté par certaines académies, après confirmation des découvertes de Gregor Johann Mendel sur l’héritage génétique. Afin de préserver l’autorité du darwinisme et son influence sur les sciences sociales, les académiciens ont développé une théorie synthétique de l’évolution. Il est extrêmement important pour la communauté académique de maintenir cette fondation évolutionniste délabrée, car tous les académiciens sans exception sont les plus aptes dans la compétition pour les titres académiques, et la hiérarchie académique est basée sur le darwinisme social.
Mais pendant ce temps, le modèle évolutif de Kropotkin est connu depuis longtemps dans la communauté des chercheurs en sciences naturelles non universitaires : l’entraide – un facteur d’évolution. Cette théorie de l’évolution, publiée il y a 117 ans, est bien fondée, il existe de nombreux exemples de populations stables et prospères sujettes à l’entraide intraspécifique et, en particulier, interspécifique. Des exemples animaux et humains démontrent les avantages de l’entraide par rapport à la sélection naturelle primitive (au moment de la publication, le darwinisme n’avait pas encore été réfuté par des découvertes dans le domaine de l’héritage):  
https://fr.wikisource.org/wiki/L’Entraide,_un_facteur_de_l’évolution
Bien que le kropotkinisme social puisse potentiellement niveler les autorités académiques, nationales et autres sur la base du darwinisme social, le modèle même d’évolution de Kropotkin est la base théorique la plus scientifiquement solide pour décrire la diversité biologique actuelle.

ODD# V(a)/2,iv;9Afm3185

This document in English
Этот документ на русском

#bases #basics #capitalism #capitalisme #colonialism #colonialisme #conquest #conquête #evolution #évolution #nature #naturalscience #odd #pr #science #sciencesnaturelles

Add comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s